Concert : Les Sept Dernières Paroles du Christ - Haydn

Article
Archivé

Le Chœur Francis Poulenc et l’Ensemble Choral de Vincennes vous convient à une soirée autour de Haydn (Les Sept Dernières Paroles du Christ) et de Mozart.


Avec l’Orchestre de Chambre d’Ile-de-France (ensemble Jean-Walter Audoli)

Infos pratiques

  • 20h30 - Eglise Notre-Dame

  • Familles
  • Jeunes
  • Seniors
  • Nouvel habitant
  • Secteur 3
  • Musique/chanson
et à l’entrée du concert à partir de 20h
  • BILLETS en placement libre : pré-vente 20 €
  • À l’entrée du concert : 25 €
    Etudiants de moins de 25 ans, chômeurs, jeunes de 13 à 18 ans : 10 € (sur justificatif)
  • Gratuit pour les – 13 ans

    Contact et Réservations : 01 58 43 00 48 - choeurfrancispoulenc@yahoo.fr



Ce concert donne à entendre deux grands compositeurs liés par une très grande amitié et une admiration réciproque.


Si Haydn reconnut d’emblée en Mozart le compositeur de génie, ce dernier ne cacha jamais non plus son affection pour celui qui devint son ami après avoir été un Maître, un guide vers l’excellence, à la renommée établie et au génie reconnu de tous.

« Lui seul a le secret de me faire sourire, de me toucher au plus profond de mon âme … »

Moins connu du grand public que La Création ou Les Saisons, Les sept dernières paroles du Christ en Croix est sans nul doute l’oratorio le plus personnel de Joseph Haydn.


L’œuvre fut exécutée le Vendredi saint, 6 avril 1786, dans l’église Santa Cueva de Cadix, dans une version purement instrumentale. Dès l’année suivante, Haydn en réalisa une version pour quatuor à cordes, qui est aujourd’hui la plus jouée. En 1792, le chanoine Joseph Friberth en fit une version chantée sur un texte en allemand qu’il avait écrit lui-même. Haydn découvrit cette adaptation et reprit à nouveau la partition, Il ajouta également un interlude entre les quatrième et cinquième Paroles.

Cette nouvelle et dernière version, sous forme d’oratorio, fut jouée pour la première fois en privé en 1796. La première publique date de 1798, à Vienne. La forme de cet oratorio, est unique dans l’histoire de la musique : sept méditations musicales sur chacune des dernières paroles du Christ, précédées d’une ouverture majestueuse et suivies d’un très impressionnant final qui illustre le tremblement de terre à la mort du Christ.


Sublime page tout en grandeur et intimité qui constitue sans nul doute l’un des plus intenses moments de musique qu’il soit donné d’entendre !

Meistermusik (Musique de Maître) pour chœur d’hommes, orchestre à cordes et six instruments à vents a été composée par Mozart pour une cérémonie de la loge maçonnique viennoise « Zur wahren Eintracht » (loge de La vraie harmonie), au cours de laquelle, le 12 août 1785, Carl von König, membre d’une loge vénitienne dissoute par l’Inquisition, fut élevé au rang de Grand Maître.

Le 17 novembre 1785, Mozart utilisa la même musique, sans les voix d’hommes, après la mort de deux francs-maçons, en la nommant « Maurerische Trauermusik » (Musique maçonnique funèbre) et la reprit enfin le 9 décembre 1785 pour orchestre à cordes et 9 instruments à vent. C’est cette dernière version que nous vous proposons, reconstituée - puisque l’œuvre initiale était partiellement perdue - par Philippe Autexier, musicologue français décédé en 1998, en utilisant un texte latin extrait du livre des Lamentations du prophète Jérémie.

et à l’entrée du concert à partir de 20h
  • BILLETS en placement libre : pré-vente 20 €
  • À l’entrée du concert : 25 €
    Etudiants de moins de 25 ans, chômeurs, jeunes de 13 à 18 ans : 10 € (sur justificatif)
  • Gratuit pour les – 13 ans

    Contact et Réservations : 01 58 43 00 48 - choeurfrancispoulenc@yahoo.fr



JPEG - 309.5 ko

L’oeuvre de Haydn par le Quatuor Via Nova