Laurent Maur & le Youpi 4tet / 1ère partie : Schwab Soro
Rentrée culturelle

PNG

Rentrée culturelle à Alfortville


20h : Salle de spectacle du POC

Entrée libre sur réservation au 01 58 73 29 22


Infos pratiques

  • Vendredi 27 septembre 2019
  • Salle de spectacle du POC - 20h - Entrée libre (réservation) - Durée approximative : 2h

  • Rentrée culturelle 2019

Laurent Maur & le Youpi 4tet / 1ère partie : Schwab Soro


Laurent Maur & le Youpi 4tet



Emilie Calmé  : Flûte métal & Bansuri
Laurent Maur : Harmonica
Ouriel Ellert : Basse Electrique
Curtis Efoua Ela : Batterie

Le projet naît de la rencontre de Laurent Maur, harmoniciste considéré comme l’un des dignes héritiers de Toots Thielemans, et d’Emilie Calmé flûtiste de jazz, élève au bansuri du flûtiste indien Hariprasaad Chaurasia.


En 2015, leur chemin croise celui d’un autre duo tout aussi singulier ; celui de Curtis Efoua, batteur percussionniste, lauréat du prix du meilleur instrumentiste au concours Jazz de la Défense 2015, et d’Ouriel Ellert, bassiste émérite de la scène parisienne. Ces deux là adaptent leurs jeux avec tant de finesse et d’agilité au quartet qu’on en oublierai l’absence d’instrument harmonique.


Emilie, Laurent, Curtis et Ouriel composent pour le projet chacun à leur manière avec leurs influences. Le répertoire jazz délicieusement épicé du Youpi quartet est à découvrir dans leur 1er album No Man’s Land.


Considéré par Alain Jean-Marie comme le « secret le mieux gardé » du jazz français, Laurent Maur joue en virtuose de l’harmonica chromatique, et se dit inspiré par Toots Thielemans aussi bien que par Charlie Parker et John Coltrane. Emilie Calmé, quant à elle, a étudié la flûte bansuri et aime à fusionner jazz et musique indienne. Leur dialogue au sein du Youpi 4tet brasse ces influences dans une musique hypnotique et vigoureuse.

TELERAMA


Schwab Soro

Raphaël Schwab  : composition, contrebasse
Julien Soro : saxophone alto


Un duo fascinant qui se dévoile au fil de dialogues musicaux. Sa fraîcheur et sa spontanéité sont le résultat d’années de complicité musicale entamées depuis le conservatoire national de Paris (CNSM) jusqu’au sein du grand ensemble Ping Machine.