Important - information municipale
Bouche d’incendie n’est pas douche d’incendie

Forcer les bouches d’incendie et libérer des geysers d’eau, c’est :

- Des centaines de millions de litres d’eau perdus
- Des risques d’électrocution et d’accidents sur la voie publique.
- Un manque d’eau pour l’intervention des pompiers en cas d’incendie
- Des inondations des caves, parkings, équipements électriques, commerces…

JPEGLe temps ensoleillé de ces derniers jours donne envie de se balader et de profiter des activités prévues en Ville, comme les prochaines flâneries historiques ou la reprise des dimanches de l’île au cointre.


Si en cette période de canicule et de fortes chaleurs, il est vivement recommandé de s’hydrater, de mouiller son corps et de se ventiler, nous avons malheureusement dû constater la recrudescence d’actes d’incivilité ces derniers jours, notamment l’utilisation et l’ouverture abusive des bornes à incendie, transformant les rues de la Ville en véritable fontaine géante.


Si l’ouverture des bouches d’incendie peut paraître ludique, voici au moins trois bonnes raisons pour éviter de le faire :

  • Cette eau est réservée aux situations d’urgence ! L’eau conservée dans les bouches d’incendie est réservée aux pompiers et à leurs interventions. Une borne ouverte hors de ce contexte épuise inutilement les réserves d’eau de la Ville et celle de la planète.
  • Mise en danger de la vie d’autrui ! La pression dégagée par une borne incendie est telle que l’ouverture comme la fermeture peuvent être dangereuses et sources d’accidents graves. Par ailleurs, la présence de lampadaires, de lignes électriques multiplie les risques d’électrocution et détériore la voirie.
  • Un acte puni par la loi ! La dégradation d’une bouche d’incendie et le vol d’eau sont répréhensibles par la loi. Le code pénal prévoit jusqu’à 5 ans d’emprisonnement. Enfin, un arrêté municipal prévoit une amende de 2 400 euros.

Respecter ces recommandations, c’est permettre à tous de passer un bel été à Alfortville.



Pour sensibiliser la population, Veolia Eau d’Ile-de-France a fait appel au rappeur Youssoupha et au basketteur Mam Jaiteh afin de faire prendre conscience de ces dangers.


Le clip « La bouche c’est la vie » a été réalisé par Vincent Lorca, avec le concours actif de la mairie d’Aubervilliers, de son centre aéré, et de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris.


Annonceur  : VEOLIA EAU D’ILE-DE-FRANCE délégataire du SEDIF
Réalisateur  : Vincent LORCA
Agence  : OUICOM*
Production  : PRAXIS FILM



JPEG - 294.8 ko