Direction de l’environnement / Parcs et jardins

La Direction de l’environnement, des parcs et jardins développe une politique paysagère volontariste et de qualité selon les orientations définies par la municipalité.


Elle garantit le maintien et le développement de la nature en ville dans le temps tout en veillant au respect et à la préservation de l’environnement.


Direction générale déléguée de rattachement
Direction générale Pôle technique

Directeur général délégué du Pôle technique
Georges SCHIANO DI LOMBO


Directeur Envir./ Parcs et jardins
Bruno MELUN
Responsable patrimoine arboré
Justine VANDEBEULQUE
Responsable Espaces verts
Maya ABDEL AZIZ

3 rue du Capitaine Dreyfus
Tel : 01 49 77 25 38
Fax : 01 49 77 25 85
Courriel : st.environnement@mairie-alfortville.fr

Horaires d’ouverture

Du lundi au jeudi

8h45 à 12h
13h30 à 17h30

Vendredi

9h à 12h
13h30 à 16h30


Les missions

Différentes missions sont assurées par ses services :

  • Création de nouveaux espaces verts publics,
  • Gestion, entretien, fleurissement et rénovation des espaces verts existants,
  • Gestion et entretien du patrimoine arboré et des jeux pour enfants,
  • Sensibilisation à l’environnement, notamment auprès des scolaires,
  • Suivi et gestion de la propreté urbaine en lien avec la CAPCVM.

Les « chiffres » de l’environnement à Alfortville

Le patrimoine végétal de la ville c’est :

  • Près de 11 ha de parcs et jardins répartis en 13 parcs et squares,
  • Plus de 17 ha d’espaces verts recensés entretenus, gérés et fleuris par 29 jardiniers quotidiennement ; ce qui représente 3,8 m2 d’espaces verts par habitants,
  • Près de 3 800 arbres,
  • Une politique volontariste permettant le développement des espaces verts sur le territoire (+ 12% en 2012 ; + 17% depuis 2006),
  • Près de 750 000 € d’investissement et 2,3 M€ de fonctionnement (4,7% du fonctionnement de la ville) - chiffre 2014.
La politique verte menée sur le territoire a été récompensée deux fois de suite au Concours des villes et Villages fleuris :
  • en 2008, lors de l’obtention de la 1ère fleur
  • et en 2012, lors de l’obtention de la 2ème fleur

Politique verte durable en faveur de la nature en ville

Cette politique se traduit par les différentes actions mise en place :

JPEG - Les produits phytosanitaires ne sont plus utilisés pour l’entretien des espaces verts (depuis 2011), y compris dans le cimetière (depuis 2015)


- Les méthodes alternatives de gestion se développent : lutte biologique (lâchés de coccinelles pour gérer les pucerons des rosiers), engazonnement des allées du cimetière...

La volonté de réduire l’utilisation des pesticides est issue :
- des lois Grenelle (2007-2010),
- de la loi Labbé (2014)
- et de la loi de Transition énergétique (2015).

Limiter la consommation d'eau - Cours beethoven {JPEG} - L’arrosage automatisé des espaces verts est généralisé sur la ville (hors plantations en bacs et certaines jardinières), ce système permet de gérer efficacement la ressource en eau (horaire d’arrosage, quantité d’eau apportée...)


- La gestion alternative des eaux de pluie est favorisée dans les nouveaux aménagements (création de noue plantée...), les végétaux peu consommateurs d’eau sont choisis et des jardins secs sont créés (Cours Beethoven 2015)


- Le paillage des massifs de végétaux est généralisé, celui-ci permet de conserver l’humidité pour le bon développement de la plante.


Limiter la consommation d'eau - Cours beethoven {JPEG}
Limiter la consommation d'eau - Cours beethoven {JPEG}

JPEGLa biodiversité se traduit par la diversité des habitats, de la faune et la flore.


- Les prairies fleuries ou naturelles sont développés, elles contribuent à diversifier les types d’habitats et créer de nouveaux refuges pour la faune et la flore.


- De nouveaux lieux de végétalisation sont investis tels que les pieds d’arbres.


Les palettes végétales des végétaux implantés sont diversifiées tant sur les vivaces, les arbustes ou les arbres.


Favoriser la biodiversité {JPEG}
Favoriser la biodiversité -Pied des arbres {JPEG}

BRF {JPEG}Le bois issu de l’élagage des arbres de la ville est réutilisé pour créer du BRF (Bois Raméal Fragmenté) utilisé comme paillage des massifs de plantation.


Le BRF stimule la vie microbienne du sol et permet un apport nutritionnel aux végétaux lors de sa décomposition.